Internet Pour Tous en Habitat Social

Résumé du projet

Démarré en 2009 dans le quartier de Kerourien à Brest, le projet « Internet Pour Tous » est déployé aujourd’hui dans 11 quartiers de Brest, ce qui représente 6 000 logements. Le dernier en date c’est le secteur Pen ar Creac’h / Kerbernard. L’objectif de ce dispositif est de proposer dans les quartiers d’habitat social de Brest métropole, une offre d’accès à Internet à moindre coût (1,18 euros/mois/logement) et un accompagnement des habitant.e.s pour s’équiper, se former aux outils et gérer leur contrat en téléphonie/TV/Internet.

Galerie du projet

Quelle est la situation de départ qui a motivé la mise en place du projet ?

Malgré une progression des connexions, les personnes en habitat social restent pour une part en difficulté face aux outils du numérique. C’est à partir de ce constat que Brest métropole océane a développé une politique publique d’inclusion numérique sous la forme d’un volet social de l’aménagement numérique du territoire, basé sur une offre d’accès à bas coût. Mais comme nous savons que l’accès n’est qu’un élément des usages, cette politique associe à cet accès un possible équipement, un accompagnement et une formation aux premiers pas numériques, une animation du territoire, et un soutien des associations de consommateurs dans le choix des offres ou le changement d’opérateur. C’est donc tout un dispositif qui se déploie lentement au rythme des adhésions des structures de quartier et d’un vote positif des locataires.

Quels étaient les objectifs de l’action ?

Le principe de base qui guide la politique brestoise d’appropriation du numérique est l’accompagnement des habitants dans l’accès à Internet et dans la découverte des usages. La singularité du dispositif repose sur un accompagnement renforcé en proximité avec :

- Une proposition d’équipement en ordinateur à faible coût (40 ou 70 euros), service assuré par une recyclerie ;
- Des ateliers multimédia gratuits, pour s’initier au numérique, proposés par les équipements de quartiers ;
- Des conseils juridiques sur la gestion des contrats avec les opérateurs, en lien avec les associations de défense des consommateurs.
- Le calendrier de proposition de l’offre sur les quartiers est suggéré en fonction de la préexistence, ou non, d’une offre d’accompagnement multimédia de proximité, socle à l’accompagnement des personnes.
- La dimension multipartenariale et locale du projet est essentielle puisque le projet est lancé après avis, accord et souhait d’implication des acteurs des quartiers, qui le mobilisent comme projet de développement social.

Enfin, la collectivité soutient les associations impliquées dans l’accompagnement et coordonne le projet.

Le Centre social de Pen Ar Creac’h a joué un rôle important en amont en réalisant un travail de sensibilisation et de communication auprès des habitants afin de répondre à leurs questions : porte-à-porte avec distribution des supports de communication et invitation à la réunion publique... Il joue également un rôle primordial en aval du projet, car l’association du Centre social propose des initiations gratuites à l’informatique et à Internet pour les personnes ayant souscrit à l’abonnement collectif. Des permanences individuelles sont également proposées pour répondre aux questions plus spécifiques (connexion, usage d’une tablette...) et accompagner les habitants qui le souhaitent.

Quelles ont été les étapes clés du projet ?

- second semestre 2017 : sensibilisation des acteurs du territoire, définition du calendrier de l’opération, mise en place d’une mission de service civique en partie dédiée au projet
- mars 2018 : sensibilisation des habitants au dispositif. Distribution de plaquettes de présentation par porte-à-porte dans tout le quartier, écoute des habitants, réponse aux premières questions individuelles
- mi-avril 2018 : réunion publique regroupant tous les partenaires du projet et une soixantaine d’habitants ; permanences dans le quartier
- fin avril 2018 : vote des locataires (via les gardiens d’immeubles ou au Centre social)
- fin août 2018 (tardivement en raison des vacances estivales) : remise des décodeurs à ceux qui le souhaitent ; possibilité d’acquérir un ordinateur reconditionné
- septembre 2018 : formation de base à l’informatique et recensement de besoins plus spécifiques (contrôle parental, sécurité sur Internet…)
- à partir d’octobre 2018 : possibilité pour les « retardataires » de retirer décodeur et ordinateur, sur rendez-vous et offre de formations gratuites dans des modules (payants) ouverts à d’autres habitants.

Vidéo

Financeurs

l’association du Centre social a bénéficié d’une subvention pour accompagner le projet (mission de service civique, pilotage du projet, accueil des habitants)

Budget du projet

Quels moyens ont été mis en œuvre ?

- le service « Internet et expression multimédia » de la Ville de Brest suit le dispositif dans tous les quartiers concernés
- le dispositif bénéficie, pour tout le territoire brestois, du soutien d’une salariée à temps partiel (1/3 temps), basée dans un Centre social
- l’association du Centre social met à disposition un(e) jeune en mission de service civique pour toutes les questions de médiation ou de formations
- les partenaires accompagnent les habitants dans les étapes collectives (réunion, remise des décodeurs…)
- SFR-Numericable apporte une équipe lors des journées de lancement et de remise des décodeurs
- plaquettes d’information pour les habitants, en amont (descriptif du dispositif et du vote) et pour présenter les journées de lancement
- article de presse pour présenter le dispositif (et son succès dans le quartier concerné)

Quelles difficultés ont été rencontrées ?

- lenteur de mise en place du projet, car il dépend de la disponibilité de nombreux partenaires (coordination des agendas), mais aussi de l’avancement de l’opération dans un précédent quartier (décembre 2017 pour un autre quartier brestois)
- difficulté (manque de réactivité ?) du fournisseur d’accès une fois l’opération lancée (changement des prises murales dans certains logement, retrait des décodeurs en boutique commerciale…)
- réticence de certains habitants à « passer le cap », y compris via les formations (gratuites) proposées
- pour certains habitants, l’achat d’un ordinateur, même à 40 €, représente un coût non négligeable dans le budget familial
- le coût de 1,18 €/mois est imputé à tous les logements du quartier concerné, et pas seulement aux locataires qui souhaitent la connexion. Il s’agit de logements connectés et non pas d’habitants connectés

Quels résultats du projet ?

Aujourd’hui, le service est adopté sur 11 secteurs représentant 6000 logements. Les personnes, la plupart non connectées, qui choisissent l’offre et l’accompagnement représentent environ 15% des habitants. Ce sont majoritairement des foyers très modestes (dont la majorité bénéficie de minima sociaux), des personnes isolées, et des familles monoparentales.

Les bilans réalisés montrent que les personnes n’avaient pour la plupart jamais touché un ordinateur. Elles reconnaissent d’ailleurs que, sans l’accompagnement (équipement et ateliers), elles n’auraient pas osé se lancer. Un dispositif de reconnaissance des compétences de base, le Visa Internet, permet également aux personnes de faire valoir de nouvelles compétences, dans le cadre d’une recherche d’emploi par exemple. Pour certaines personnes, ce dispositif permet de sortir de l’isolement, de rencontrer d’autres personnes et d’agir avec elles à l’échelle de leurs quartiers.

Les témoignages des bénéficiaires font sens pour l’ensemble des partenaires du projet : ils décrivent le chemin parcouru sur les usages multimédia, mais aussi ce que cela a changé, socialement, dans leur quotidien. Du côté des autres locataires, nombreux sont ceux qui votent favorablement pour le dispositif, par solidarité avec leurs voisins les plus modestes. Une réelle dynamique de développement social solidaire et local est engendrée par le dispositif « Internet pour tous en habitat social ».

« Pépite dans la Pépite » :
Une dame s’est présentée à l’accueil du Centre social début septembre pour faire part de sa satisfaction du service. De ce fait, elle a résilié l’offre « grand public » auprès de son ancien fournisseur et a poursuivi en disant « avec les économies réalisées chaque mois, cette année, je vais enfin pouvoir m’inscrire aux cours de yoga de votre association » !

En conclusion

Un super projet social d'inclusion numérique qui va très certainement inspirer d'autres territoires...

2017

Participant

Quel rôle a joué le centre ?

A animé l’action avec les habitants

Référent(s) de l'action

Guy Abalain
Centre Social Pen Ar Créac'h à Brest
guy.abalain@caffinistere.cnafmail.fr
02 98 02 18 56

Département

29

Territoire

Urbain

Périmètre

Quartier

Public

Tous publics

Thème(s)

Numérique, / Réduire La Fracture Numérique

Document(s) complémentaire(s)