Atelier musique avec les enfants ROMS

Rencontre avec Hervé, directeur de la MPT de Kervénanec à Lorient.

Suite aux documents concernant les projets FAB’US et FAB’US II (projets de Professionnalisation des cadres et personnels éducatifs des centres sociaux et socioculturels) portés par la FCSF, la MPT a manifesté l’intérêt d’y participer.
Voici quelques extraits de la rencontre avec Hervé, directeur de la MPT Kervénanec à Lorient et son retour d’expérience en Hongrie.

Sur la thématique abordée : susciter le travail communautaire, les savoir-faire requis.
Qu’as-tu vécu ?

« Durant le séjour, nous sommes allés à la rencontre des acteurs Hongrois, des lieux alternatifs, des lieux de vie communautaire ».
Sur Debrecen et Budapest, les acteurs que nous avons rencontrés nous ont expliqué que des groupes de militants ou activistes s’installent en toute légalité dans un lieu en devenant propriétaire de ce dernier ».

D’autres questions ont été abordées, comme les soutiens financiers dans un contexte peu engageant, la perception par l’état et les autorités locales.

Des pratiques sont-elles transposables pour travailler sur nos territoires ?
« Des pratiques peuvent être transposables, peut-être commencer par redonner du sens politique à notre action, ce à quoi, je suis très attaché. Retravailler sur notre posture et notre relation aux institutions ».

En Hongrie, qu’as-tu pu apercevoir ?
« Ils sont dans un entre-deux, entre le squat et le centre social. Ils récupèrent et deviennent propriétaire d’un lieu à l’abandon, à Budapest par exemple, c’était une usine de gants désaffectée ».

« Le fait d’aller rencontrer des acteurs locaux hors du territoire national, permet via l’externe, de réinterroger l’interne. Cette ressource en ce qui me concerne redonne de l’élan et de nouvelles perspectives pour le projet de la MPT, quartier et surtout les citoyens qui y vivent ».