État des lieux

Suite à l’enquête menée auprès du réseau, nous pouvons retenir que 81% des répondants (50 structures) ont dans un premier temps transféré leur ligne téléphonique sur le portable de la direction, et dans certains cas, sur ceux des équipes salariées.

Aussi, nous remarquons que, de la petite enfance aux personnes âgées, les centres sociaux se sont attachés à maintenir le lien avec toutes les générations et à développer des actions adaptées aux différentes situations rencontrées par les habitants.

Souplesse et inventivité : à notre image !

De rencontres avec des psychologues en passant par la distribution de colis alimentaires ou encore le prêt d’ordinateurs aux familles, de belles initiatives ont été imaginées sur la période.

Et lorsque cela était nécessaire, des activités/supports/fiches ont été produits et diffusés via les moyens de communication digitaux : visioconférences, ateliers virtuels, jeux et défis sur les réseaux sociaux, padlets…

Le seul bémol du point de vue de la digitalisation concerne la gouvernance des centres. L’utilisation du numérique apparaît comme un frein au bon déroulement des instances associatives.

La solidarité : une de nos valeurs !

La force des centres repose sur leurs équipes bénévoles et salariées qui se sont largement impliquées dans cette période. Les centres sociaux sont des lieux d’engagement, et la mobilisation des habitants, appuyés par les professionnels a montré la force de notre réseau !!

Mais les centres sociaux n’ont pas agi seuls durant cette période. Certaines structures organisent la solidarité en étroite collaboration avec leurs partenaires de proximité. Les plus cités sont la ville, les CCAS, l’Éducation Nationale, la préfecture, le département, la FCSB, les défenseurs des droits de l’homme et les associations locales (principalement caritatives).

Retrouvez la synthèse complète de l’enquête ici