Trois questions à Madame Martine STEPHAN et Monsieur André PERROS, Présidente et directeur de la Caf du Finistère.

recoucou

Comment se passe votre prise de fonction à la présidence et à la direction de cette nouvelle grande maison qu’est devenue la CAF du Finistère ?

Mme Stéphan :la départementalisation se passe bien…chacun a apporté dans la corbeille ce qu’il avait de positif… on est maintenant à 6 mois à peine et ça commence a bien se formaliser…c’est un peu plus rapide que ce que personnellement j’aurai pu penser… …le territoire est grand mais, en tant que cornouaillaise et finistérienne, j’avais déjà une certaine connaissance du territoire

M Perros :les signatures de contrats, les CEJ ont été l’occasion de rencontrer les élus des communes et des communautés de communes, de se présenter et aussi de se positionner ….Nous avons essayé d’avoir une vraie stratégie de communication avec une densité de messages très forte dans les derniers mois…

Mme Stéphan :c’est le challenge d’une équipe ! Chacun apporte ses compétences et ses sensibilités. Aujourd’hui, on parle de la « Caf du Finistère » nos partenaires s’y sont fait…

M. Perros :il reste, en interne, à construire davantageencore cette nouvelle culture d’entreprise et nous y travaillons…

Mme Stephan :nous avons 5 anspour aboutir avec un devoir de réussir ! On ne rénove pas, on construit,on fait du neuf….

La nouvelle caf du Finistère aura-t-elle une politique différente en direction des centres sociaux ? Par exemple pour ceux qui bénéficient d’une dotation sur fonds propres ?

Mme Stéphan : nous tenons à rassurer tous nos partenaires : notre politique ne va pas changer. La seule chose qui pourrait nous impacter c’est la nouvelle COG*. Aujourd’hui, ni plus ni moins de moyens alloués.

M. Perros :Pour ceux qui bénéficient de dotations sur fonds propres, nous négocierons au cas par cas au moment des renouvellements de projet…mais il est certain qu’à terme, nous essayerons de diminuer cette participation…mais ça ne se fera pas dans la précipitation…on ne prendra pas de décisions qui viennent mettre en difficulté un centre social…

Le centre social est un bon outil : par son intermédiaire, la Caf aide beaucoup plus de familles qu’en intervenant au coup par coup. L’offre collective est un levier beaucoup plus puissant que l’offre individuelle, le centre social a donc du sens…. Nous allons sortir de cette première phase de la départementalisation où nous avons eu à cœur de rassurer nos partenaires sur la continuité, pour rentrer dans une nouvelle phase plus proactive. Nous aurons une analyse par territoire et une politique différenciée, « critérisée », selon nos analyses.

Y-aura-t-il des modifications dans les modalités d’attribution des agréments ?

Pas de modifications : chaque centre continuera à venir présenter son projet à la commission vie sociale, dont le président est Jacques Rannou.

Comment envisagez-vous le partenariat avec la Fédération des Centres Sociaux ?

Sous les meilleurs auspices…ouvert et franc !