La Fédération : un maillage régional unique

recoucou

Avec ses 60 centres sociaux, la Fédération Bretagne constitue un réseau unique, un maillage territorial d’une densité remarquable. Des territoires qui sont d’ailleurs au cœur des préoccupations de nos adhérents : les stratégies développées ne le sont pas pour le bénéfice de la structure, qui agirait alors comme un simple acteur économique, mais sont réfléchies pour s’inscrire dans le développement du territoire au service duquel il se mobilise….

Cette mobilisation des acteurs, particulièrement des plus « invisibles » et l’engagement autour d’un projet d’animation globale constituent les éléments clés de la pertinence de notre action.

Au sein du réseau, ce sont 460 administrateurs ou membres d’un comité d’usagers, plus de 4 850 bénévoles d’activités, 1 730 salariés (581 ETC) qui s’associent pour agir.
Mais le nombre de structures et d’acteurs investis, s’il est une condition nécessaire, n’est pas suffisant pour fonder la légitimité de la parole : la force de notre réflexion tient aussi aux publics mobilisés, aux savoir-faire utilisés, aux organisations que nous mettons en place pour faire œuvre commune.

Le pouvoir d’agir de publics diversifiés
Notre ambition n’est pas de parler pour, de faire pour, mais bien de mettre en œuvre les conditions d’une large participation, d’une parole éclairée et argumentée, de permettre la mise en place de projets et d’actions qui donnent une véritable place à chacun et une meilleure visibilité aux collectifs.
Des projets parfois moins vendeurs, moins médiatiques ou moins flatteurs, mais souvent plus profonds, plus étayés, plus efficients en termes de transformation sociale.

Démocratie et intelligence collective : le pacte fédéral
Notre compétence, notre expertise, c’est dans l’action quotidienne que nous la gagnons. Nous l’acquérons également dans la multiplicité des projets menés, dans la diversité des expérimentations, dans le compagnonnage que nous mettons en œuvre avec des universitaires…Notre crédibilité est aussi renforcée par la diversité des formes de notre vie fédérale : la formation, en particulier des bénévoles, les rencontres de professionnels (directeurs, groupes métiers), les temps d’échanges et d’analyses de pratiques (réunions de présidents, comités départementaux, blogs…).

Nous sommes non seulement capables de mobiliser au quotidien autour du projet social de notre centre, mais nous travaillons aussi sur des préoccupations communes lors de rencontres départementales, régionales voire nationales (3 500 personnes en juin, au Congrès de Lyon).
Un ensemble de pratiques, de droits et de devoirs qui constituent notre Pacte Fédéral

Raymond JEGOU